Association
des Bibliothécaires
de France

La littérature brésilienne

  mise à jour le 29 novembre 2011

   


LA LITTERATURE BRESILIENNE : une littérature de la dévoration ?

par Anna Rossi, Professeur de lettres modernes, Lycée Edmond Rostand, Marseille

Présentation sommaire et certes arbitraire des principales tendances de la littérature brésilienne.

Pour cela, un parcours historique permettra de situer et de repérer les auteurs qui ont jalonné la réflexion sur l’identité brésilienne.

Je m’attarderai sur les auteurs du 19ème siècle et ceux du 20ème, en essayant de brosser un tableau forcément incomplet de cette terre si hétérogène et en même temps homogène qui s’appelle le Brésil :

Car qui dit littérature, dit aussi identité d’une terre, d’une région, d’un pays, d’une nation, autour de thèmes qui disent quelque chose sur cette réalité.

 

Colonisation

Les premiers textes d’information (chronique historique) viennent de voyageurs et de missionnaires européens (portugais). Ces textes donnent une première information sur l’état des terres d’un point de vue européen, c’est-à-dire de l’autre inconnu et surtout méconnu :

Parmi les Jésuites, le Père José de Anchieta a écrit en portugais, en castillan, en tupi et en latin des poèmes qui ont été traduits au Brésil. Ils posent un premier jalon vers cet autre en observant l’indien, ses us et coutumes, le but étant la conversion des indiens à la religion catholique.

 

Baroque

Il s’agit d’un mouvement idéologique se caractérisant par la volupté du mouvement, contre la rigueur et l’ âpreté de la réforme protestante.

Dans la littérature, ce genre se traduit par des figures sonores (allitération, onomatopées, assonances, écho,...), sémantiques (métaphore, métonymie, synecdoque, antithèse,....). Par exemple, Caldéron de la Barca, La vie est un songe (texte en vers) : la vie est un jeu de miroirs.

 

Ecrivains du baroque

Bento Teixeira ébauche une première manifestation du sentiment national.

Grégorio de Matos compose des vers où ressortent les contradictions de la société esclavagiste d’alors.

Père Antonio Vieira Sermons : Sermao da Primeira Dominga da Quaresma, Sermao XIV do Rosario, Sermao da Sexagésima.

 

Arcadie - Pré-romantisme (18ème siècle)

Invention de la figure de l’indien. Epoque du mythe de l’homme naturel dont l’apogée est la figure du bon sauvage. La nature devient la valeur suprême. C’est le pré-romantisme qui va créer le mouvement indigéniste, l’éveil d’une conscience nationale.

José Basilio da Gama invente la figure de l’indien dans l’espace américain.

 

Romantisme (1836-1870)

Le mouvement romantique donne à la littérature brésilienne le caractère de littérature nationale. Les mythes vont être solidifiés : on incorpore une image inventée de l’indien, tout en excluant sa voix. On va créer ou forger une image des autochtones américains, nommés indûment indiens. On invente la figure de l’indien et on occulte le noir.

 

Ecrivains de l’Arcadie

Poésie
Goncalves Dias, Alvares de Azavedo ; Varela, Casimir de Abreu

Théâtre
Martins Pena, Goncalves Dias, Jose de Alencar

Prose
Jose de Alencar tente de reconstituer le processus de formation de la nationalité brésilienne, projet intégrant le sertanejo, l’indien, le gaucho, le bandeirante, le colon blanc et occultant le noir. Pour la première fois il utilise l’expression « littérature nationale » Œuvres : Iracema 1857, O Guarani, 1865. En français : Iracéma : légende du Céara co-publié par Alinéa/Unesco

 

Réalisme

Dans le réalisme, la prose va observer certains des traits de la culture brésilienne pour les souligner, ou bien les tourner en dérision dans une réflexion sur l’identité nationale. Il observe aussi les dessous de la vie politique.

Dans la fiction, Machado de Assis est l’écrivain qui arrive au plus haut point de la prose réaliste brésilienne. Dans sa prose, il s’introduit dans le milieu de la classe moyenne pour montrer les mécanismes de pouvoir et d’illusion.

Joaquim Machado de Assis (1839 - 1908)
Représentant du réalisme brésilien, même si la première partie de son œuvre garde des traces du romantisme brésilien. Thèmes : l’adultère, le parasitisme social, la distance fragile entre la raison et la folie, l’hypocrisie, l’ambiguïté des femme, l’égoïsme, la vanité. Nombre de ses ouvrages sont traduits en français notamment chez A.-M. Métailié. Son œuvre majeure est Dom Casmurro. Dom Casmurro Mémoires posthumes de Bras Cubas Quincas Borba, Esaï et Jacob, La montre en or, (Nouvelles), Ce que les hommes appellent Amour

Euclides da Cunha
Euclides da Cunha définit le « caractère national » de la culture brésilienne basée sur le sertanejo, homme de l’intérieur des terres du Nordest, qui a une culture propre, éloignée du littoral. Ouvrages : Os Sertoes, Campanha de Canudos.
Ouvrages traduits en français : Ed. Julliard, 1947 : Les terres de Canudos Editions Métailié, 1997 : Hautes Terres

Lima Barreto (1881-1922)
Réaliste, Lima Barreto fait usage d’une prose corrosive où il montre le Rio des pauvres, des petits-bourgeois, des prolétaires, des laissés-pour-compte et des ratés. Dans Souvenirs d’un gratte-papier, il s’identifie à son personnage, le journaliste humilié, Isaias Caminha pour introduire la tragique destinée du métis dans « le monde des Blancs ».

Ouvrages :
Romans : Recordaçôes do escrivao Isaias Caminha, 1909 ; Triste fim de Policarpo Quaresma, 1916 ; Numa e a ninfa, 1917 ; As aventuras do Doutor Bogoloff, 1917 ; Vida e morte de M.J. Gonzaga de Sa, 1919 ; Cemitério dos Vivos, Clara dos Anjos, 1921 ; Os Bruzundangas, 1922.

Chroniques et articles journalistique : Historias e sonhos, 1920 ; Marginalia, 1920 ; Bagatelas, 1921 ; Feiras e Mafuas, 1922.

Ouvrages traduits en français chez l’Harmattan : Vie et mort de Gonzaga de Sa, Sous la bannière étoilée de la Croix du Sud, Souvenirs d’un gratte-papier.

 

Pré-modernisme et modernisme

Pré-modernisme : mouvement qui questionne la réalité sociale et culturelle. Il s’agit d’une critique des structures mentales des anciennes générations.

Manuel Bandeira (1886 - 1968)
Il commence sa production sous le symbolisme et entre dans le modernisme. Il utilise le vers libre pour la première fois dans la poésie brésilienne.
Poésie : A cinza das horas, 1924 ; Libertinagem, 1930 ; O ritmo dissoluto, 1924 ; Estrela de manha, 1936 ; Poésies choisies, 1937.
Prose : Cronicas da provincia do Brasil, 1936, Guia de ouro preto, 1938.

Un évènement majeur fait date en février 1922 : la semaine d’art moderne à Sao Paulo avec le mouvement anthropophage (dévorer ce qui vient de l’extérieur pour voir le monde brésilien en nommant et représentant la réalité du pays).

Oswald de Andrade (1890 - 1954)
Thème : L’identité nationale au travers de héros nationaux. Ouvrages : Poésie : Pau-Brasil, 1925 ; Primeiro Caderno de Poesia do Aluno Oswald de Andrade, 1927 ; O Escaravelho de Ouro , 1945.
Théâtre : O homem e o cavalo, 1943 ; A Morta, 1937 ; o Rei da Vela, 1937. Manifestes : Manifeste de la Poésie Pau-Brasil, 1924 ; Manifeste Anthropophagique, 1928. Essais : Ponta de lança, 1945 ; A Arcadia e a Inconfidência, 1945 ; A crise da filosofia messiânica, 1950 ; A marcha das utopias, 1966. Mémoires : Un homme sans profession, 1954.

Mario de Andrade (1893 - 1945)
Musicien, il enseigne aussi l’histoire de la musique, dirige le département municipal de la culture en y introduisant les cours d’ethnographie et de folklore. Il s’engage dans la Semaine d’Art Moderne (1922). Son grand poème Pauliceia desvairada, 1920 fait date dans la poésie moderne brésilienne.
Ouvrages : Macounaïma, le héros sans aucun caractère, Paris, Stock/Unesco/CNRS ; Aimer, verbe intransitif, Gallimard, 1995 ; L’apprenti touriste, la Quinzaine Littéraire, 1996.

Mouvement moderniste

Carlos Drummonde de Andrade (1902 - 1987)
Ouvrages : Mort dans l’avion et autres poèmes, trad. Ariane Wilkowski, Paris, Chandeigne, 2005 ; La Machine du monde et autres poèmes, Gallimard, 2005.

 

Tendances contemporaines

Clarice Lispector (1925 - 1977)
Elle aborde la recherche de la spiritualité dans le quotidien, l’infiniment petit, les petites choses qui donnent du sens à ce qu’on appelle la réalité.
Ouvrages traduits en français : La femme qui a tué les poissons, Seuil (pour enfants) ; Le bâtisseur de ruines, Gallimard.
Tous ses autres textes sont publiés aux Editions des Femmes : La découverte du monde , Corps séparés, Un apprentissage, Le lustre, Liens de famille, Où étais-tu pendant la nuit ?, L’heure de l’étoile, La Belle et la Bête, Près du cœur sauvage, Agua viva, La passion selon GH.

Monteiro Lobato
A écrit notamment pour la jeunesse. Il recrée l’univers de la famille brésilienne campagnarde, ses hiérarchies sociales et raciales. Il introduit les histoires de la tradition africaine revisitée au Brésil, crée des personnages à partir du folklore brésilien.
Ouvrages :
Pour adultes : O saci-perere, 1918 ; Urupes, 1918 ; Cidades mortas, 1919 ; Negrinha, 1920 ; O presidente negro, 1926 ; Ferro, 1931.
Pour la jeunesse : O saci, 1921 ; A aventura de Hans Staden, 1927 ; Peter Pan, 1930 ; Reinacoes de Narizinho, 1931 ; Viagem ao ceu, 1931 ; Emilia no pais da gramatica, 1933 ; Aritmetica da Emilia, 1935 ; Historias das invencoes, 1935 ; Historias da tia Anastacia, 1937 ; O pica-pau amarelo, 1939 ; A chave do tamanho, 1942.

Joâo Guimaraes Rosa (1908 - 1967)
De veine régionaliste, il s’agit souvent d’épopées se situant en milieu rural où il traite du bien et du mal. Son langage est très dense avec une grande création lexicale.
Ouvrages : Sagarana, 1946 ; Corpo de baile, 1956 ; Grande sertao : veredas, 1946.
Ouvrages traduits en français : Mon Oncle le jaguar et Sagarana chez Albin Michel ; Diadorim en collection 10/18 ; Hautes plaines, Toutameia au Seuil ; Premières histoires chez Métailié.

Jorge Amado (1912 - 2001)
Journaliste, il fait de la prison pour des raisons politiques ; exil à Buenos Aires ; député fédéral au Brésil (1946) pour le PCB ; en 1947, il quitte le pays et vit notamment en France et dans d’autre pays européens ; puis revient au Brésil. Il souligne le caractère hétérogène de la société brésilienne et valorise les apports indigènes et africains sans les folkloriser.
Ouvrages : Abc de Castro Alves, 1941 ; Bahia de todos os santos, 1944 ; Capitaes de areia, 1937 ; Cacau, 1933 ; Compadre de ogun ; Gabriela Cravo e Canela, 1958 ; Dona Flor e seus dois maridos, 1966 ; Suor, 1934 ; Jubiaba, 1935 ; Mar morto, 1936 ; Sao Jorge dos ilheus, 1944 ; Teresa Batista cansada de guerra, 1972 ; Tieta do agreste, 1977 ; Tocaia grande.

Ecrivain brésilien le plus connu et le plus traduit, a publié notamment chez Gallimard et Stock. (notamment Dona Flor et ses deux maris, Bahia de tous les saints, Cacao, Suor).

Erico Verissimo (1905 - 1975)
Auteur régionaliste. Dans le Le temps et le vent, il décrit la dimension sociale dans le cadre de la formation historique de la province du Rio Grande do Sul. Avec Incidente em Antares il aborde la dictature militaire et la censure politique.
Romans : Clarissa, 1933 ; Caminhos cruzados, 1935 ;Musica ao longe, 1935 ; Um lugar oa sol, 1936 ; Olhai os lirios do campo, 1938 ; Saga, 1940 ; O tempo e o vento, o continente, 1949 ; O senhor embaixador, 1965 ; O prisioneiro, 1967 ; Incidente em antares, 1971.
Contes : Fantoches, 1932 ; As maos de meu filho, 1942 ; O ataque, 1959.
Ouvrages traduits en français chez Albin Michel : Le Portrait de Rodrigo Cambara, Le Continent.

Lygia Fagundes Telles (1923-)
Elle aborde les relations et tensions familiales dans un univers clos, questionne les névroses familiales.
Ouvrages traduits en français :
Stock : Les Pensionnaires
Rivages : La Discipline de l’amour et La nuit obscure et moi
Le Serpent à plumes : La structure de la bulle de savon, L’heure nue et Un thé bien fort et trois tasses

Elle a reçu de nombreux prix au Brésil. Elle est médaillée de l’Ordre des Chevaliers des Arts et des Lettres en 1998.

Joao Ubaldo Ribeiro (1941-)
Décrit l’identité nationale brésilienne et son émergence avec des héros du peuple. Dans Viva o Povo Brasileiro (Vive le Peuple Brésilien), il montre des héros issus de la migration africaine comme Maria da Fe, Marie de la Foi, capables de symboliser la mémoire collective. Ce livre a été consacré en 1987 lorsque l’école de samba « Império da Tijuca » le choisit comme thème de son défilé.
Ouvrages traduits en français :
Gallimard : Sergent Getulio, Vila Real
Serpent à plumes : O luxure, Vive le peuple brésilien, Le Sourire du lézard

Moacyr Scliar (1937 -)
Médecin de formation, il adapte la plupart du temps les traditions juives à la réalité brésilienne. Il introduit la thématique de l’émigration juive dans sa littérature tout en les transposant dans l’histoire contemporaine du Brésil. 46 livres édités au Brésil.
Ouvrages traduits en français :
Presses de la Renaissance : L’œil énigmatique, L’étrange naissance de Raphael Mendes, L’oreille de Van Gogh, Le centaure du jardin, Le carnaval des animaux.
Belfond : Oswaldo Cruz, Le magnifique
Sur Electre , seuls apparaissent : Sa Majesté des indiens et La Femme qui écrivit la Bible publié chez Albin Michel.

Rubem Fonseca (1925-)
Sous la forme de romans policiers et à partir de situations de suspense, il aborde les changements de la société brésilienne.
Ouvrages traduits en français :
Chez Grasset : Du grand art, Bufo et Spallanzani, Un Eté brésilien, Vastes émotions et pensées.

 

Théatre

Nelson Rodrigues (1912-1980)
Parmi ses grands thèmes de réflexion : la famille et ses névroses, la violence familiale, l’adultère, les secrets de famille, le problème racial qui pour lui n’a pas d’issue. Ses textes peuvent être perçus comme autant de tragédies adaptées au monde brésilien.
Ouvrages traduits en français :
La femme sans péché, 1941 ; Robe de fiancée, 1943 ;Album de famille, 1946 ; Ange Noir , 1947 ; Dorothée , 1949 ; Valse n°6, 1951 ; La défunte , 1953 ; Pardonne-moi pour me trahir, 1957 Veuve, cependant honnête , 1957 ; La femme qui a trop aimé , 1949 ; Le mariage, 1966.

Seuls sont indiqués disponibles sur Electre : Toute nudité sera châtiée chez Actes Sud et L’Ange Noir aux Editions des Quatre-Vents

Fernando BONASSI (1962- )
Auteur contemporain, il aborde la solitude des grandes villes, la vie en solitaire, l’absurdité de la vie.

 

D’AUTRES AUTEURS

Darcy Ribeiro, anthropologue, a publié chez Gallimard Maïra

Lya Luft a publié chez Métailié Pertes et profits, La maturité

Paulo Coelho s’est fait connaître en France avec L’Alchimiste

Graciliano Ramos a publié chez Gallimard : Enfance, Mémoires de prison, Soa Bernardo, Insomnie.

Autran Dourado a publié chez Métailié : Le Portail du monde, La Mort en effigie

Dalton Trevisan Humour noir avec Le Vampire de Cutiriba chez Métailié

Modesto Carone Résumé d’Ana chez Chandeigne

Décio Pignatari

Ferrerira Gullar Le Poème sale aux Editions Le Temps des cerises

Joâo Almino

Ana Maria Machado Aux éditions Vents d’ailleurs a publié pour la jeunesse Rêve noir d’un lapin blanc, Quelle fête !

Ana Cristina Cesar : poète marginale des années 70 a publié Gants de peau et autres poèmes aux Editions Chandeigne